La livraison par drone ou robot est-elle déjà viable ?

La livraison par drone ou par robot est une idée qui a intéressé les grandes entreprises depuis près d’une décennie. L’utilisation de ce type d’appareil pourrait en effet offrir de nombreux avantages logistiques. De plus, de nouveaux progrès techniques voient le jour au fil des années, rendant de plus en plus possible ce nouveau mode de livraison.

Les acteurs de la livraison par drone

C’est certainement Amazon qui a été le premier à lancer l’engouement pour la livraison par drone. Le géant de l’e-commerce a annoncé vers 2014 qu’il envisageait sérieusement ce type de livraison. Plus précisément, Amazon prévoyait que 86 % de ses livraisons allaient se faire par les airs. Ainsi, la marque a engagé de nombreuses procédures afin de rendre possible ce projet.

Le mouvement fut progressivement appuyé par de multiples géants tels que DHL, UPS et Alphabet Inc. de Google. En France, la filiale de La Poste, DPDgroup, s’intéresse également à ce mode de livraison.

Depuis 2014, différents tests ont été effectués par diverses entreprises. Ces tests ont pour objectif de prouver la faisabilité de ce type de livraison. En France, l’utilisation des robots et drones n’en est qu’à ses balbutiements. En revanche, aux États-Unis et en Asie, quelques entreprises finissent leurs phases de tests et commencent à employer les robots pour assurer leur livraison.

Parmi les quelques entreprises qui ont décidé d’utiliser la livraison à l’aide de robot, il y a par exemple Domino’s Pizza à Houston, aux États-Unis. L’entreprise fait notamment appel au robot créé par la start-up Nuro, ayant une capacité de charge maximale de 200 kg, pour livrer leurs pizzas. Pour récupérer leur commande, les clients doivent simplement entrer un code PIN une fois le robot sur place.

Comment se passe ce type de livraison ?

Actuellement, la livraison à l’aide de robots ou de drones peut se faire de différentes manières. Les robots de livraison s’apparentent à des véhicules qui se distinguent par trois types de technologies différentes. D’abord, il y a les robots contrôlés à distance qui doivent être pilotés par des personnes connaissant bien le Code de la route. Grâce à ce système, le pilote peut confirmer lui-même la livraison.

Ensuite, il y a les robots autonomes qui peuvent fonctionner sans assistance humaine. Ils doivent disposer d’une excellente fiabilité afin d’éviter les accidents routiers. La mise en circulation de ce type de véhicule doit impérativement être validée par les autorités. Pour récupérer les colis, divers moyens comme celui cité plus haut sont possibles.

Drone de livraison

Et enfin, il y a les robots suiveurs qui vont simplement assister un livreur. Ils peuvent ainsi suivre le livreur à pied et l’aider à transporter les marchandises. En France, Effidence (testé entre 2018 et 2019) est un exemple de robot qui remplit ce type de fonction. Quelle que soit la technologie utilisée, le robot peut en moyenne supporter une charge d’environ 300 kg au maximum.

Les drones peuvent également être pilotés ou autonomes. Une personne pilotant un drone dans un cadre professionnel doit disposer d’un permis spécial prouvant qu’il est apte à contrôler ce type d’appareil. Un drone autonome doit, quant à lui, être validé par les autorités avant de pouvoir circuler librement dans un espace aérien.

Par ailleurs, la capacité maximale ne dépasse généralement pas les 5 kg. Cependant, des projets visant à mettre en place des drones capables de livrer des marchandises d’une tonne sont en cours. La livraison peut techniquement se faire de différentes manières, mais la méthode la plus sûre consiste à poser le colis sur une zone de largage dédiée.

Quelles sont les limites avec ce type de livraison ?

Même si la livraison par drone et par robot semble prometteuse, elle se heurte à de nombreuses difficultés techniques. Pour les cas des drones en particulier, le champ d’action des appareils est la première limite. Selon la charge qu’il transporte, ce type d’appareil ne sera pas capable d’aller bien loin. Ainsi, les services de livraison par drone ne permettent qu’une livraison dans une zone bien définie.

Afin d’optimiser le champ d’action des drones, plusieurs solutions sont envisageables. Certaines entreprises proposent par exemple de parachuter les colis, d’autres envisagent un système de relais de drones. Toutes ces solutions sont encore en phase de test et il faudra probablement attendre encore quelques années avant de trouver la meilleure option à envisager.

Pour les robots, ce sont surtout les modèles autonomes qui peuvent rencontrer des problèmes. Même si la conception d’intelligence artificielle s’est grandement améliorée depuis ces dernières années, il n’existe actuellement aucune IA égalant un homme. Il y a des risques que les robots autonomes se comportent d’une manière imprévue durant les livraisons.

En ce qui concerne la législation, les autorités sont de plus en plus enclines à laisser les robots et les drones circuler. Ce type d’appareil devra cependant obéir à diverses règlementations. Pour les drones par exemple, même si le pilote a suivi un cursus particulier sur le pilotage de ce type d’appareil, une autorisation de vol peut être requise à chaque mission. Néanmoins, l’intégration des drones dans la gestion du trafic aérien est un sujet encore peu traité.

Est-ce une solution viable ?

La livraison par drone et par robot est un phénomène encore marginal malgré le fait que quelques entreprises de par le monde se soient déjà lancées. En effet, bien que les progrès technologiques sur ces appareils soient assez avancés, il existe encore de nombreuses contraintes qui empêchent de démocratiser leur déploiement.

Pour les clients, le mode de livraison n’a pas vraiment d’importance. Les clients veulent surtout que leurs colis soient livrés à un prix plus avantageux, en bon état et le plus rapidement possible.

Avec les drones, toutes ces conditions peuvent être satisfaites, mais dans certaines situations uniquement. Pour le robot, le coût de la livraison est le seul point qui peut être avantageux pour le client. En effet, le robot suivra forcément le même trajet qu’un livreur ordinaire, ce qui signifie que la rapidité de la livraison ne changera pas forcément.

D’autre part, ce ne sont pas toutes les entreprises qui pourront proposer ce type de service. Le coût d’un robot ou d’un drone de livraison est pour l’instant assez élevé. Les entreprises qui font appel à ces appareils doivent d’ailleurs veiller à bien les entretenir afin de ne pas payer cher leur réparation.

Laisser un commentaire