Comment faire face à un enfant colérique ?

Réussir à contrôler ses émotions est un processus qui demande des années d’apprentissage. Bien souvent, certains adultes ont du mal à gérer leur sentiment face à certaines situations, alors imaginez comment un enfant qui ne parvient pas encore à s’exprimer correctement pourrait faire face à ses frustrations du quotidien. Les crises sont considérées comme une étape naturelle au développement de votre petit. Elles surviennent généralement dès les 18 mois de l’enfant, période où il va gagner peu à peu en autonomie. Les crises de colère diffèrent d’un enfant à l’autre, mais les manières de les appréhender sont fréquemment les mêmes.

Rester ferme et montrer sa désapprobation

Un enfant exprime parfois son insatisfaction ou sa lassitude par une grosse colère. Même si certains piquent des crises lorsqu’ils sont malades ou fatigués, d’autres peuvent se montrer colériques pour des raisons plus diverses. L’enfant utilise occasionnellement la colère pour extérioriser des sentiments qu’il ne maîtrise pas. Se sentant acculé par l’intensité d’une émotion qu’il ne parvient pas à traduire, il se décharge souvent sur ses parents, sur les personnes ou objets avoisinants, et se met en colère. À ce moment, déterminez dans un premier temps l’origine de cette crise.

N’oubliez pas que la violence n’est jamais une solution. (les fessées sont interdites par la loi).

Pourquoi l’enfant est-il colérique ? C’est par exemple le cas lorsque dans un magasin, il trouve un jouet qui lui plait, mais que vous ne pouvez pas le lui acheter. Lorsqu’il sent que ses besoins immédiats ne sont pas comblés, votre petit se laisse emporter par un sentiment de frustration qui se mue en une grosse colère.

Il est de ce fait important que vous restiez ferme. Savoir camper sur vos positions et montrer à votre enfant votre désapprobation est indispensable. Les parents doivent imposer des limites à leurs progénitures et faire preuve d’autorité face à eux. C’est une tâche difficile qui nécessite énormément de force. Certains cèdent facilement aux colères de leurs petits de peur que la situation ne dégénère. Pourtant, ce n’est pas la bonne méthode.

Si vous êtes un couple de jeunes parents et que votre bien-être est bouleversé par le sommeil instable de votre bébé, n’hésitez pas à consulter mon article qui vous aidera à faire dormir bébé ! (Je suis passé par là aussi)

Laisser passer la crise avant d’intervenir

Si votre enfant se laisse emporter par sa colère, le mieux est d’attendre qu’il se calme de lui-même. Laissez-le se décharger de son trop-plein d’émotions et observez-le de loin. Il est important que vous gardiez un visuel avec votre enfant et qu’il sente que vous êtes là. L’isoler dans un coin ou le laisser seul dans sa chambre risquerait de faire naître en lui un sentiment d’abandon. Comme la colère est sa manière de manifester son ressenti face à une situation, l’enfant pourrait associer le fait de témoigner ses émotions à un rejet de votre part si vous le fuyez.

Enfants colérique

Durant une grosse crise de colère, il est évidemment difficile de faire entendre raison à une personne. C’est pourquoi il est préférable de la laisser évacuer son exaspération avant de la raisonner. Pour autant, il ne s’agit pas d’autoriser votre enfant à faire ce qui lui plaît sans dire un mot. Adoptez un mode d’expression qui lui signifie que vous êtes à l’écoute de ses besoins, mais que vous n’approuvez pas son comportement. Ensuite, tentez une approche afin d’établir le dialogue avec l’enfant.

Garder son calme et ne jamais hausser le ton

Face à un enfant colérique, il est facile de céder à l’impatience. Pourtant, quand vous accueillez la colère de votre enfant par votre irritabilité, cela aggravera la situation. Si vous haussez la voix, il risque de crier davantage plus fort. En plus, face à un parent furieux, l’enfant peut prendre peur.

Pour faire face à la colère de votre enfant, vous devez garder votre calme. Au mieux, si une autre personne est présente avec vous au moment de la crise, prenez quelques minutes pour vous apaiser dans une autre pièce avant d’intervenir. Lorsque vous parlerez ensuite à l’enfant, gardez votre sang-froid et adoptez un ton ferme, sans hausser le ton. Votre impassibilité aura pour effet d’aider votre enfant à se calmer à son tour.

Si jamais l’enfant adopte un comportement agressif, dans le cas où il jette des objets ou se met à frapper d’autres personnes, vous devrez intervenir en lui signifiant que, quelle que soit sa colère, cette action n’est pas un prétexte pouvant justifier un tel agissement.

Faire comprendre à l’enfant que vous vous souciez de ses sentiments

Le principal souci de l’enfant colérique, c’est son sentiment d’incompréhension. Pour cette raison, il est important de lui expliquer qu’il est tout à fait en droit d’être en colère, mais que ce n’est pas une raison pour agir de la sorte. Lorsque l’enfant prend conscience de ce qu’il peut ressentir et la bonne manière de l’exprimer, il sera beaucoup plus simple de l’aider à canaliser ses frustrations.

Faire une mise au point avec votre petit et lui enseigner les règles sociales d’usage est de ce fait un impératif dans l’apprentissage de l’enfant. Lorsqu’il est confronté à une rage qu’il est incapable de réprimer, proposez-lui des solutions alternatives. Un coussin de la colère peut par exemple l’aider à évacuer toutes ses tensions.

Il est également possible d’essayer de dévier l’attention de l’enfant de l’objet source de sa crise en lui proposant de jouer à des jeux ou à faire du dessin, etc. Et enfin, pour mieux gérer les crises d’un enfant colérique, les parents doivent avant tout montrer le bon exemple et rester cohérents dans ce qu’ils disent et ce qu’ils font.

Laisser un commentaire